ACDC

De Rock Band à véritable Institution


ACDC, quatre lettres explosives, nom du mythique groupe de Hard Rock Australo-Britannique à qui l’on doit des morceaux Kultissimes traversant le temps et les tripes des générations d’adeptes de musique Rock, tels que « TNT », « Highway to Hell », « Back in Black », pour ne citer que les plus connus.
En plus d’être entré dans la légende alors même que le groupe est encore officiellement en activité, cet acronyme a dépassé le statut de celui d’un Rock Band iconique, pour devenir une véritable institution de la culture pop.
C’est sous cet angle que le prisme du Kultorama vous propose cette semaine d’analyser une référence majeure du Rock’n’roll sur laquelle on aurait pu écrire une encyclopédie en 10 volumes…
 


En 1973, les deux frères YOUNG Angus et Malcolm, issus d’une famille nombreuse Ecossaise expatriée à Sydney en Australie, décident de monter leur groupe de rock. Initiés à la guitare par leur ainé George déjà actif dans un groupe rencontrant un franc succès en Australie (les Easybeats) dans les années 60, ACDC signera dans le label Atlantic Records dès 1976 après avoir été refoulé par différentes maisons de disque, trouvant leur musique trop agressive.

C’est à cette période que la Machine ACDC se met en place, à savoir la création d’un univers visuel au service d’un son métallique et résolument Rock. Cela passera par différentes tentatives de costumes de scène plutôt improbables pour Angus. Sur des images d’archives on peut le voir en costume de Zorro ou bien en Super Angus, un détournement du célèbre Superman.

C’est finalement l’incontournable uniforme d’écolier qu’on lui connaît, qui sera retenu sur les conseils de la sœur YOUNG. Sœur à qui l’on doit également le nom du groupe, qu’elle aurait trouvé en posant son regard sur une machine à coudre (ou bien un aspirateur selon les sources), sur lequel était écrit AC/DC pour « alternating current / direct current » et ainsi magnifier cette énergie pure, si électrisante. 

ACDC commence à connaître un succès retentissant en Australie, et s’exporte même à l’international en faisant les premières parties des Rock band les plus reconnus du moment, tel que KISS, Aerosmith ou encore Black Sabbath. Cela contribuera grandement à leur réputation de bêtes de scène, jusqu’à voler la vedette des têtes d’affiches (paraît-il que les shows de KISS étaient un peu fades après ceux d’ACDC).
Dans le même temps sort High Voltage, premier album relayé internationalement du groupe, c’est à ce moment-là que leur carrière internationale est véritablement lancée.

En 1980, après une soirée d’excès en tous genres, le chanteur Bon SCOTT décèdera à Londres dans son sommeil à l’intérieur d’une Renault 5, officiellement à cause d’une « intoxication alcoolique ». Un coup dur pour le groupe que certains voient déjà se dissoudre des suites de ce drame, mais il n’en sera rien…

C’est Brian JOHNSON qui sera la nouvelle voix du groupe, un chanteur que Bon SCOTT a bien connu et apprécié de son vivant.

Ce qui donnera cette même année, naissance au 7ième album du groupe : « Back in Black » en hommage à Bon SCOTT. C’est bien cet album qui fera entrer ACDC dans la légende, de par l’attente autour de ce dernier dû au triste événement survenu quelques mois plus tôt. « Back in Black » sera composé et écrit en 3 semaines, et s’écoulera à 50 millions d’exemplaires, il reste à ce jour le second album le plus vendu de tous les temps après « Thriller » de Michael Jackson.

ACDC c’est un nom, évoquant une esthétique virile et électrique, avec ses codes et ses références comme la célèbre « Duckwalk » d’Angus YOUNG emprunté à Chuck BERRY ou encore les fameuses cornes de diable devenues le goodies indispensable en concert.

Autant de codes captés et digérés par la culture populaire, pour en faire une image mainstream. Ainsi il n’est pas rare aujourd’hui de retrouver toutes sortes de produits estampillés ACDC, le meilleur exemple étant les chaînes de magasins de type fast fashion (H&M, Bershka etc…) . Ou encore sur des produits à l’image très forte comme la célèbre Converse Chuck Taylor.

En 2010 sort le Blockbuster américain Iron Man 2, dont la bande originale est une compilation des succès du groupe, ce qui permettra définitivement au groupe d’entrer au sommet de la pop culture. ACDC devient transgénérationnel en se faisant connaître d’un public plus jeune qui découvre ou redécouvre une énergie électrisante restée intacte depuis leurs débuts.

ACDC, c’est 200 millions d’albums vendus dans le monde et plus de 40 ans de carrière, à ce stade on parle d’une institution. Une institution qui semble dépasser même les membres du groupe. Fait impressionnant, depuis 1973, entre les décès, les remplacements et les querelles au sein de la bande, le groupe a connu 18 membres par intermittence.

De plus, le récent décès du co-fondateur Malcolm YOUNG (2017), et l’abandon de Brian JOHNSON forcé au repos et remplacé par Axl ROSE (chanteur de Guns N’ Roses), ne fait que renforcer cette idée que, ces 4 lettres, elles, ne mourront jamais… FOREVER YOUNG

 

Retrouvez notre Tee-shirt hommage à ACDC by Kulte, le Bolt, inspiré de cet iconique logo

 

Autres articles

Tu pourrais aussi aimer

Restons connectés

Suivez-nous @Kulte1998